Nouvelles et suivi

Calendrier des événements

14 avril 2005 - J.D. Irving abandonne tous ses projets d’éoliennes sur l’île-du-Prince-Édouard. Dans un article paru dans le journal Pioneer, J.D. Irving ltée, par l’entremise de sa porte-parole Mary Keith, admet que le projet envisagé d’un complexe industriel à Malpeque posait finalement des problèmes difficiles en ce qui a trait à sa faisabilité économique et technique. C’est pourquoi Irving ne poursuivra aucun projet de construction d’éoliennes à Malpeque ni ailleurs sur l’île, et abandonne tous ses plans pour les deux éoliennes (prototypes) qui devaient être érigées ce printemps.

Les motifs de la suspension de ces projets sont les mêmes que ceux décrits dans la problématique que nous avons présentée dans l’opinion des lecteurs du journal The Guardian du 15 juillet 2003 (accessible dans ce site : Lettre d’opinion [en anglais]).

Les faits relatifs à cette situation semblent inextricables et même s’ils peuvent être à un moment passés sous silence, maquillés voire ignorés, ils n'en doivent pas moins être éventuellement reconnus.

Plus d'information concernant le contenu de cet article du journal Pioneer.

21 juillet 2004 - Le 3 juillet 2004, le gouvernement de l’île-du-Prince-Édouard a publié dans le Royal Gazette, une publication gouvernementale, l’amendement à l’Acte de subdivision et du développement de règlements pour la mise en place d’éoliennes.

La marge de recul a été établie à une distance d’une fois la hauteur de la tour de la ligne de propriété ou de routes privées ou publiques et de droits de passage.(La hauteur d’une éolienne se mesure par la distance entre la base et le plus haut point vertical, soit celle du plus haut point du rotor).

La marge de recul par rapport à un bâtiment habitable est établie à trois fois la hauteur de la tour. Si on se base sur le modèle GE 2.7, presenté à la session de J.D. Irving le 8 mars 2003, la hauteur de la tour était de 70 mètres et le rayon des pales de 42 mètres, alors la distance entre la tour et une maison pourrait être de seulement 336 mètres et à seulement 112 mètres d’une route (et à seulement 294 mètres d’une maison et à 70 mètres d’une route si on considère le bout des pales).

En établissant ces normes, aucune considération de l’impact négatif du bruit ou de la projection de glaces n’a été prise. Le Guide des bonnes pratiques pour l’Europe, l’Australie, et la Nouvelle-Zélande et ses règlements afférents pour éviter les impacts de bruit et les risques potentiels de projection de glaces n’a pas été pris en compte dans l’établissement de ces règlements de l’île-du-Prince-Édouard. En fait, le concept de bruit n’y apparaît même pas.

Le 8 juillet, le Département de l’Environnement et de l’Énergie donnait son accord au projet proposé de la phase I de J.D. Irving. En ce qui a trait à la phase II, le projet restant de 60-75 MW, les besoins n’auront qu’à être réenregistrés pour l’approbation antérieure à la réalisation. La lettre d’intention est toujours en vigueur pour le projet de Malpeque de 60 MW dans les filières de Ressources Naturelles Canada.

Lors d’une récente conversation téléphonique avec nous, monsieur Don Jardine, représentant du Département de l’Environnement et de l’Énergie a avancé qu’il ne croyait plus que les 800 personnes et plus signataires de la pétition contre le projet d’éoliennes à Malpeque demeurent opposées au projet. Il surenchérit en avouant qu’il sentait que la plupart des gens n’avaient aucune idée de ce qu’ils avaient signé.

En outre, lors d’une conversation téléphonique avec monsieur Jack Saunders, du Département des Affaires communautaires et culturelles et auteur des nouveaux amendements sur les éoliennes à l’Acte de planification, lorsqu’on lui a demandé pourquoi le Guide des bonnes pratiques et ses règlements avait été ignoré, a répondu qu’il s’agissait seulement d’un Guide de bonnes pratiques et que notre province n’avait nul besoin d’y porter attention. Qui plus est, il a convenu qu’en rédigeant ces règlements, il avait juste suivi les directives de ses supérieurs au gouvernement (et qu’il ne veut pas identifier).

À la suite de la session «Portes ouvertes » du 8 mars 2004, laquelle faisait partie du processus de consultation, le gouvernement a exigé que les questions concernant le projet soient soumises par écrit dans les 10 jours. Nous avons soumis 8 pages de questions spécifiques totalisant 42 questions le 9 mars 2004 au Premier ministre et à tous les ministres impliqués dans ce projet pour recevoir des réponses du promoteur. Nous n’avons reçu aucune réponse à ces questions à ce jour.

Si vous avez des questions ou des commentaires, ils devraient être adressés directement à :

      Jack Saunders - Département des Affaires Communautaires et culturelles -(902) 368-4220
      Don Jardine - Département de l’Environnement et de l’Énergie- (902) 368-5035

8 mars 2004 - Une assemblée ouverte a été tenue par J.D. Irving, Ltd au Kensington Lions Club de 3:00pm à 8:00pm afin de présenter la première des deux phases du projet global de production de 60 à 75 megawatts. Le promoteur a demandé au gouvernement provincial l'approbation immédiate pour l'installation d'une ou deux turbines d'essai, en 2004. Un site est à New Annan et l'autre aux environs de la route Irishtown. Les turbines testées seront soit des Vestas 90, soit des GE 2.7 MW. Toutes deux ont un diamètre de pales dépassant 84 mètres, plus large que les turbines de la proposition initiale. Bien que cela ait été très difficile d'y arriver, le représentant de J.D. Irving a finalement admis que l'objectif visait une production d'énergie éolienne d'au moins 60 MW aux environs de Kensington et de Malpeque. Ces turbines seraient les plus grosses commercialement disponibles dans le monde en ce moment. La phase 2 du projet demeure à l'étude auprès du Département de l'environnement et de l'énergie de l’Île-du-Prince-Édouard depuis juin 2003, et ne pourrait nécessiter qu'une réactivation et une demande d'approbation gouvernementale de la part du promoteur pour devenir une réalité. Cela signifierait l'implantation possible de 20 turbines à Malpeque et 20 de plus à Kensington-Irishtown. Le promoteur a aussi admis qu'une lettre d'intention pour la construction de turbines pour 60 MW dans la zone Kensington-Malpeque pour novembre 2005 demeure active à Ressources naturelles Canada dans le cadre du programme d'encouragement de la production d'énergie éolienne. Le gouvernement provincial demande que toute personne intéressée fasse parvenir ses commentaires au Département de l'environnement et de l'énergie de l’Île-du-Prince-Édouard avant le 18 mars 2004. Le 9 mars, nous avons présenté au gouvernement huit pages de questions à l'intention des promoteurs, et nous sommes en attente de réponses.

21 février 2004 - Article dans le Journal Pioneer : "Irving to hold another open house March 8". J.D. Irving Ltd. et Cavendish Farms exposeront le projet récent d'ériger une ou deux turbines d'essai.

27 octobre 2003 - Un article paraît sur le site web de la radio de CBC. On y parle des projets d'Irving d'ici l'an prochain ainsi que des exigences gouvernementales concernant une consultation communautaire.

14 octobre 2003 - Une troisième copie de la pétition, en ligne et écrite, a été remise au gouvernement provincial. Le nombre total de signatures est maintenant de 777. Environ 44% des signataires sont propriétaires de terrains ou habitations aux environs de la zone concernée par le projet. Environ 66 % des signataires sont canadiens.

Le projet soumis, amendé en juin dernier, propose la construction de deux turbines aux abords de la route Irishtown, près de Kensington cette année, suivie en une deuxième phase de 39 autres turbines à Kensington et Malpeque. La proposition est actuellement évaluée par le Département de l'environnement et de l'énergie et sera prise en considération par le gouvernement réélu en septembre.

3 juillet 2003 - Nous apprenons du Département de l'environment de l’Île-du-Prince-Édouard que J.D. Irving Ltd. a revu sa proposition de projet d'implantation d'éoliennes à Malpeque (article du 5 juillet dans le Journal-Pioneer). Nous avons pris connaissance de la proposition amendée, à Charlottetown plus tôt cette semaine. Les principales modifications sont 1) une diminution du nombre de turbines aux environs de Malpeque, qui passe de 40 ou plus à 20, 2) une réduction significative de la distance séparant les turbines des chemins publics et voies d'accès 3) une augmentation de la distance entre les turbines et les habitations, qui passe de 250 à 400 mètres 4) l'ajout d'une distance de 15 mètres des limites de propriétés voisines et 5) l'ajout de 21 emplacements de turbines sur la route Irishtown, sur un à quatre milles au nord du village de Kensington. J.D. Irving, Ltd., a aussi répondu à plusieurs des questions soulevées par notre Campagne pour préserver Malpeque et par le gouvernement. Toutefois, les questions les plus importantes concernant les effets négatifs sur les oiseaux dans ce site Ramsar, les questions de sécurité liées au glaçage des pales et aux chutes de glace, et les effets possibles du bruit sur la santé humaine sont demeurées confidentielles, n'étant révélées qu'aux instances gouvernementales concernées. Nous tentons d'avoir accès à cette information et sommes actuellement à formuler notre réponse aux modifications proposées.

1 juillet 2003 - Dépôt d'un deuxième exemplaire de notre pétition en ligne auprès du gouvernement provincial de l’Île-du-Prince-Édouard (Communiqué). Le nombre de signataires est de 702 au 2 juillet 2003. Notre action, appuyant une exploitation responsable de l'énergie éolienne en retrait des zones habitées, attraits touristiques et écosystèmes fragiles, gagne sans cesse des appuis.

29 avril 2003 - Le journal Pioneer publie une lettre à l'éditeur de Mr. Carl Brothers, responsable du site d'éoliennes de North Cape. Mr. Brothers soutient qu'une "récente lettre à l'éditeur, soulevant des questions concernant la sécurité reliée au glaçage des éoliennes, est la plus récente d'une série de lettres publiées durant les récents mois, suggérant que les éoliennes comportent des risques inacceptables pour la population."

Il prétend que l'ensemble des questions soulevées, incluant celles concernant le bruit, les effets négatifs sur les oiseaux et l'intrusion visuelle, sont "exagérées, parfois grossièrement". Il soutient que les problèmes de glaçage, de bruit et d'impact visuel peuvent être "résolus simplement en plaçant les éoliennes à une distance suffisante des gens et des habitations". Il ne précise cependant pas ce qu'est une "distance suffisante". Il affirme que les problèmes liés aux oiseaux, mortalité, dérangement… sont résolus en améliorant l'emplacement et le design des turbines.

Lisez notre réponse (en anglais), par Earl Coulton, résident de Malpeque, P.E.I. parue dans le journal Pioneer, le 5 mai 2003.

28 avril 2003 - 15ième anniversaire de la Baie de Malpeque comme site Ramsar publié dans le Guardian le 26 avril 2003 (lien vers la lettre à l'éditeur du Guardian le 26 avril) Lettre au journal Pioneer à l'éditeur (lien vers la lettre à l'éditeur à propos du verglas) concernant les dangers de projection de glaces des pales des éoliennes, publiée le 26 avril 2003.

25 avril 2003 - La première soumission des signatures du site internet de pétition a été remise au gouvernement provincial le 22 avril 2003 et rapportée dans le journal Pioneer de Summerside et, par la presse canadienne, au Halifax Sunday  Chronicle Herald et au St. John Telegraph-Journal (lien avec l'article). Nous continuerons de faire suivre les signatures supplémentaires au gouvernement sur une base continuelle.

M. Sean Ledgerwood, du Département de l'environnement, stipule que J.D. Irving, Ltd. continue de répondre aux questions initiales du gouvernement. Ils s'attendent à recevoir leurs réponses complètes d'ici 7 à 10 jours. Les réponses de J.D. Irving à notre critique de cette proposition n'abordent pas les questions les plus importantes. Nous avons répertorié ces questions.

22 avril 2003 - Communiqué de presse concernant la pétition envoyé aux journaux locaux.

2 avril 2002 - Entrevue de CBC Radio avec Carl Brothers, gérant de projet du Complexe éolien de North Cape, Ile-du-Prince -Edouard, Canada.

Lorsqu'on lui a demandé comment c'était à North Cape durant la tempête de verglas, il a répondu que c'en était une d'importance. « Je ne pense pas en avoir vu une avec autant d'accumulation de glace depuis les 20 ans que je suis là ».

Pour la décrire, il a dit que tout est devenu luisant, glacé ; les arbres se sont couchés et toutes les tours et les pales des éoliennes sont recouvertes de glace luisante. Ensuite, monsieur Brother mentionna que «le verglas a mis les éoliennes complètement hors de service. Aucune éolienne n'a subi de dommages... les tours ne se sont pas affaissées. Au fur et à mesure que la glace s'est accumulée sur les pales, le vent n'avaient plus aucun effet sur elles et elles se sont arrêtées.» « Nous espérons qu'il n'y aura pas de verglas aujourd'hui, mais c'est encore pas mal froid ici et je pense que ça glacera demain.»

Finalement, à la question de savoir si les ouvriers vont briser la glace sur les éoliennes, monsieur Brothers répondit que non. «Toutes les fois où il y a de la glace sur les éoliennes, le mieux est de rester éloigné des tours car c'est trop dangereux: il y a de gros et nombreux amas de glace sur les pales et nous avons actuellement fermé la route. Ainsi c'est très risqué de se trouver à proximité des tours avec de l'accumulation de glace. Celle-ci fondera éventuellement et elle peut tomber en larges feuilles et créer de sérieux dommages.»

Voyez une photographie et plus d'information concernant la sécurité.

Mars 2003 - Le journal Pioneer, à la fin mars, publiait un article affirmant que Pat Mella, Trésorière de l'IPE a affirmé que les sources d'énergies renouvelables sont nécessaires à cause de la montée rapide des prix de la gazoline, de l'huile à chauffage et autres combustibles. Mais Mella note que le projet d'Irving d'ériger quelque 40 éoliennes de 300 pieds de hauteur dans Malpeque n'est probablement pas approprié pour cette région qui accueille le plus haut taux de touristes de l'île durant la saison estivale. Exprimant sa propre opinion, elle dit que la région de Malpeque est une magnifique région de l'île et que le paysage ne sera sûrement pas avantagé par une telle quantité d'éoliennes. L'article traite du fait que Mella identifie un autre problème avec ce projet d'Irving. C'est que la province ne recevra aucun crédit vert sous l'accord de Kyoto, pour créer de l'électricité verte. » Elle a mentionné que les crédits de Kyoto ne reviendront pas à eux, ils iront aux acheteurs du Nouveau-Brunswick. Il s'agit là d'une préoccupation majeure. L'article mentionne également le fait que ce projet d'Irving rencontre une opposition considérable des propriétaires de maisons et chalets de Malpeque.»

7 mars 2003 - Parution d'un article dans le Journal Pioneer : Wind power embraced by many in Malpeque, selon les dires du représentant d'Irving. Lisez notre réponse.

15 - 28 février 2003 - Parution d’une annonce dans le Guardian et le Journal Pioneer samedi le 15, un quart de page illustrant des images avant et après (les éoliennes) dans le village de Malpeque. Affichage de prospectus de sensibilisation dans la partie centrale et l’ouest de l’île, puis dans la partie est et nord. Courte entrevue radio pour CBC Charlottetown le 28 février. Texte disponible sur pei.cbc.ca. Publication de plusieurs lettres de citoyens expédiées à l’éditeur du Guardian et du Journal Pioneer. (voir le dépliant, en anglais).

18 février 2003 - Tel que prévu, le projet demeure toujours en vigueur et il importe de demeurer vigilant en s’opposant au projet d’éoliennes à Malpeque et dans toute autre communauté de l’île. Articles à lire : Irving officials plan to meet residents over wind turbine plan (Journal Pioneer) et Summerside looks to alternative energy sources (pei.cbc.ca).

11 février 2003 - Réunion des représentants gouvernementaux et de citoyens de la communauté à Malpeque. La « balle est dans la cour d’Irving  », selon le gouvernement. Le projet est toujours en vigueur et peut être sujet - ou non- à des modifications pour rencontrer les exigences environnementales. Aucune promesse n’a été donnée quant à la réalisation d’une étude d’impact environnemental ou de toute autre mesure spécifique. M. Murphy a incité les citoyens à créer un partenariat entre la communauté et le gouvernement afin de construire 1 ou 2 éoliennes. L’opinion générale des citoyens de Malpeque s’oppose fortement à ce projet d’éoliennes.

11 février 2003 - Une autre réunion avec les citoyens a été demandée par M. Mitch Murphy dans la communauté de Malpeque pour « commenter la révision gouvernementale du projet et des décisions prises  ».

6 février 2003 - Aux dires de M. Ledgerwood, la compilation de l’information préliminaire pour un examen est complétée. Quelques questions ont été posées à J.D. Irving, Ltd. Réclamant plus d’information et/ou des clarifications, une copie de notre critique a aussi été acheminée. Joanne Blow a demandé si de l’ information ressortant de ce processus d’examen ou des réponses de J.D. Irving, Ltd. aux questions posées ou des commentaires sur notre critique seraient à notre disposition. On nous a répondu non pour tout ce qui concerne l’examen gouvernemental et probablement non en ce qui touche notre critique du projet. Sauf ce qui émane de la proposition même de J.D.Irving, Ltd., aucune information sur le processus d’examen qui conduirait à une approbation ou à un rejet du projet n’est disponible pour l’examen minutieux du public.

27 janvier 2003 - Réponse des citoyens au Journal Pioneer dans l’article du 24 janvier.

24 janvier 2003 - Article dans le Journal Pioneer suggérant le déplacement du projet dans le parc industriel de Summerside (à noter que l’article du Journal Pioneer est intitulé « Williams suggest Summerside good fit for wind turbines »).

13 janvier 2003 - Articles de journaux (à noter l’article du Journal Pioneer, « Opposition building to wind turbine proposal »).

11 janvier 2003 - Réunion communautaire à Malpeque.

7 janvier 2003 - Entrevue télévisée et la réponse d’Irving (à noter l’article de P.E.I. CBC intitulé « Irving to study turbine noise »).

4 janvier 2003 - Entrevue de Joanne et Alton Blow avec CBC TV. (à noter l’article de P.E.I. CBC intitulé « Couple says wind turbines not safe »).

3 janvier 2003 - Critique du projet soumise à M. Sean Ledgerwood du Department of Fisheries, Aquaculture and Environment.

31 décembre 2002 - Lecture de la proposition par nous le 30 décembre 2002 – Notre première rencontre avec M. Sean Ledgerwood, Department of Fisheries, Aquaculture and Environment. Il est responsable de la mise en place du processus d’évaluation de cette proposition avant qu’elle ne soit soumise au Ministre responsable, M. Chester Gillan, pour approbation ou rejet.

6 décembre 2002 - La proposition de J.D.Irving, ltd. est soumise au gouvernement soit au Department of Fisheries, Aquaculture and Environment.

27 novembre 2002 - Opération porte ouverte à Malpeque pour permettre à J.D. Irving, Ltd. de proposer son projet d’éoliennes. Une carte de l’implantation possible des 45 éoliennes a été fournie. ( Visitez le site )

26 novembre 2002 - Irving annonce dans les journaux qu’une réunion aura lieu jeudi le 27 novembre 2002.